Optimisation salariale : un atout pour votre entreprise !

Publié le 15 décembre 2023

download
print

L’optimisation salariale est une stratégie qui consiste à augmenter le bénéfice pour vos salariés tout en minimisant les coûts pour votre entreprise en utilisant les dispositifs présentés ci-dessous. Cette pratique est de plus en plus populaire car elle permet non seulement de fidéliser les employés, mais aussi d’attirer de nouveaux talents. De plus, elle aide à réduire les coûts de l’entreprise en permettant une meilleure gestion des avantages accordés aux employés.

Découvrez ici les dispositifs que vous pouvez mettre en place dans votre entreprise :

La prime d’intéressement

L’intéressement est une mesure qui vise à associer les salariés aux résultats de l’entreprise en leur versant une prime.

Qui est concerné ?

  • Toutes les entreprises : peu importe la taille, l’effectif ou le statut juridique
  • Tous les salariés : l’accord peut toutefois exiger une ancienneté de 3 mois maximum
  • Pour les entreprises de moins de 250 salariés, l’employeur peut lui aussi en bénéficier

Comment se calcule l’intéressement ?

  • L’intéressement est basé sur les résultats de l’entreprise et/ou la performance de l’entreprise
  • Le montant global de la prime ne peut dépasser 20% de la totalité des salaires bruts versés
  • Le montant individuel ne peut excéder 34 776 € (pour 2023)

Quelle est la répartition entre les salariés ?

  • Uniforme
  • Proportionnelle au salaire ou au temps de présence du salarié
  • Ou combinaison de plusieurs de ces critères

Comment mettre en place cette prime ?

  • Accord conclu avec les délégués syndicaux, les représentants du personnel, ou à défaut les salariés (majorité des 2/3)
  • Possibilité de conclure par décision unilatérale dans certains cas prévus par la loi
  • Accord conclu pour 1 à 5 ans

Quels sont les avantages ?

Côté employeur :

  • intéressement exonéré de charges sociales
  • intéressement déductible du bénéfice imposable de l’entreprise

Côté salarié :

  • intéressement exonéré de cotisations salariales
  • intéressement soumis à la CSG/CRDS
  • intéressement imposable sauf s’il est placé sur le P.E.E* ou un P.E.R.E.C.O**

*Plan Épargne Entreprise
**Plan Épargne Retraite Entreprise Collectif

La prime de participation

Envie de lire la suite ?

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour consulter l’article en entier

La participation est un mécanisme de redistribution des bénéfices de l’entreprise aux salariés

Qui est concerné ?

  • Obligatoire dans les entreprises dont l’effectif est de 50 salariés ou plus,
  • Facultatif dans les entreprises de moins de 50 salariés (= au moins 1 salarié, hors apprentis et stagiaires)
  • Dans les entreprises « de moins de 50 salariés » non assujetties à l’obligation de mise en œuvre d’un régime de participation : les dirigeants, leurs conjoints et partenaires pacsés collaborateurs ou associés, s’ils figurent parmi les bénéficiaires, peuvent bénéficier intégralement de la réserve spéciale de participation (RSP) que celle-ci soit dérogatoire ou non

Comment se calcule la participation ?

  • Soit formule légale de calcul = ½ [(bénéfice net fiscal – 5 % des capitaux propres) x masse salariale / Valeur ajoutée]
  • Soit formule différente de la formule légale de calcul, à la double condition que le résultat obtenu soit au moins équivalent à celui de la formule légale (principe d’équivalence) et au plus égal à l’un des plafonds suivants, choisi par les parties signataires :
    •  la moitié du bénéfice net comptable ;
    •  le bénéfice net comptable diminué de 5 % des capitaux propres ;
    •  la moitié du bénéfice net fiscal.

Pour les entreprises de moins de 50 salariés : possibilité de déroger à la formule légale sans respecter le principe d’équivalence (dispositif expérimental, et sous conditions de mise en place).

Plafond collectif : Les salaires pris en compte pour la répartition de la participation ne peuvent dépasser un plafond égal à 3 PASS* (soit 139 104 € en 2024)

Plafond individuel : Limité à à 34 776 € au titre de 2023, soit 75 % du PASS*

*PASS : Plafond Annuel de Sécurité Social

Quelle est la répartition entre les salariés ?

  • Uniforme
  • Proportionnelle au salaire ou au temps de présence du salarié
  • Ou combinaison de plusieurs de ces critères

Comment mettre en place cette prime ?

  • Accord conclu avec les délégués syndicaux, les élus CSE, ou à défaut les salariés (majorité des 2/3)
  • Possibilité de conclure par décision unilatérale dans certains cas prévus par la loi
  • Sans limitation de durée ou pour une durée déterminée (un an minimum)

Quels sont les avantages ?

Côté employeur :

  • participation exonérée de charges sociales
  • participation déductible du bénéfice imposable de l’entreprise

Côté salarié :

  • participation exonérée de cotisations salariales
  • participation soumis à la CSG/CRDS
  • participation imposable sauf s’il est placé sur le P.E.E ou un P.E.R.E.C.O

Le plan épargne entreprise (P.E.E) et le plan épargne retraite entreprise collectif (P.E.R.E.C.O)

Le P.E.E est une mesure qui vise à associer les salariés à la constitution d’un portefeuille de valeurs mobilières (=parts sociales, actions, ….).

Qui est concerné ?

  • Toutes les entreprises : peu importe la taille, l’effectif ou le statut juridique
  • Tous les salariés : l’accord peut toutefois exiger une ancienneté de 3 mois maximum
  • Pour les entreprises de moins de 250 salariés, l’employeur peut lui aussi en bénéficier (ainsi que le conjoint collaborateur ou conjoint associé)

Comment le mettre en place ?

Accord conclu avec les délégués syndicaux, les membres CSE,  à défaut les salariés (majorité des 2/3), ou par décision unilatérale, si pas de négociation possible.

D’où proviennent les sommes versées sur le P.E.E ?

  • Des versements volontaires du salarié : la somme totale ne peut pas être supérieure à 25% de son revenu annuel
  • De l’intéressement
  • Des versements effectués par l’employeur, l’abondement : le plafond d’abondement par l’entreprise est de 3709,44 € (pour 2024). Il ne peut pas être supérieur à 3 fois la contribution du salarié
  • Des versements « unilatéraux » par l’employeur sur le PEE, soumis au même régime social et fiscal que les abondements (à condition qu’ils soient destinés à l’acquisition d’actions ou de certificats d’investissement

Ces sommes sont bloquées pendant 5 ans sauf cas de déblocage anticipée.

Quels sont ses avantages ?

Côté employeur, les sommes versées sont :

  • exonérées de cotisations sociales
  • déductibles du bénéfice imposable de l’entreprise
  • exonérées de la taxe sur les salaires

Côté salarié, les sommes versées sont :

  • exonérées de cotisations sociales et d’impôt (sauf pour le versement volontaire)
  • soumises à la CSG/CRDS
  • exonérées s’il s’agit des sommes perçues au titre de l’intéressement

Le P.E.R.E.C.O permet au salarié de se constituer une épargne, accessible au moment de la retraite, sous forme de rente ou sous forme de capital. Son régime juridique est le même que celui du P.E.E sauf que l’abondement de l’employeur est plafonné à 6581 € par an et par salarié.

Les chèques vacances

Qui peut en bénéficier ?

  • Salariés
  • Chef d’entreprise

Comment les mettre en place ?

  • Par accord collectif ou décision du chef d’entreprise soumise aux salariés
  • Le chef d’entreprise peut fixer des modalités d’attribution (revenus, présence,…) mais cela reste un dispositif collectif

Quelles contributions ?

Côté employeur, sa contribution est plafonnée :

  • plafond individuel : contribution jusqu’à 80% de la valeur libératoire du chèque
  • plafond collectif : la contribution annuelle globale ne peut pas dépasser 50% du nombre de salariés x par le SMIC mensuel

Côté salarié, il peut refuser les chèques vacances ou les accepter. Dans ce dernier cas, il contribue pour la part pour laquelle l’employeur ne contribue pas.

Éxonérations sociales ?

La contribution de l’employeur est exonérée de charges sociales (hors CSG/CRDS) dans la limite de 30% du SMIC brut mensuel / salarié / an (524.16 € pour 2023).

Les chèques déjeuners

Qui peut en bénéficier ?

  • Salariés
  • Dirigeants titulaires d’un contrat de travail

Comment les mettre en place ?

  • Décision du chef d’entreprise
  • Mise en relation avec un organisme délivrant les titres restaurant

Quelles sont les conditions d’attribution ?

  • Limité à un titre par jour
  • Le repas doit être compris dans l’horaire de travail journalier
  • Le salarié doit être présent (pas en congés, arrêt,…)

Éxonérations sociales ?

Si la participation de l’employeur est comprise entre 50% et 60% de la valeur titre et si cette participation ne dépasse pas 6.91 € par titre (pour 2023), elle est exonérée de cotisations.

Les bons d’achat

L’employeur peut attribuer des bons d’achat ou bons cadeaux à ses salariés.

Qui peut en bénéficier ?

Les chèques-cadeaux peuvent être offerts aux employés pour les événements suivants :

  • Noël
  • Naissance et adoption
  • Mariage et pacs
  • Départ à la retraite
  • Fête des mères et fête des pères
  • Sainte-Catherine et Saint-Nicolas
  • Rentrée scolaire pour les salariés ayant des enfants âgés de moins de 26 ans.

La distribution de ces chèques-cadeaux doit impérativement être non discriminatoire.

L’employeur peut attribuer des bons d’achat ou bons cadeaux à ses salariés tout en bénéficiant d’exonérations, en respectant les conditions suivantes :

  • Présomption de non assujettissement aux cotisations sociales (et à l’impôt sur le revenu) des bons d’achat et cadeaux attribués à un salarié dans une année civile ne dépassant pas 183.30 € pour 2023
  • En cas de dépassement de ce seuil, 3 conditions doivent être remplies pour que les bons d’achat ne soient pas soumis à cotisations :
    •  l’attribution du bon doit être en lien avec l’un des évènements suivants : naissance, adoption, mariage, pacs, départ à la retraite, fête des mères et des pères, Sainte Catherine, Saint Nicolas, Noël (salariés et enfants jusqu’à 16 ans), rentrée scolaire (enfants de moins de 26 ans)
    • son utilisation doit être déterminée : l’utilisation du bon doit être en lien avec l’évènement pour lequel il est attribué (mention de la nature du bien ou d’un ou plusieurs rayons de magasins ou nom d’un ou plusieurs magasins)
    • son montant doit être conforme aux usages : un seuil de 183.30 € est appliqué par événement

Les plafonds des cadeaux sont relevés pour les Jeux Olympiques 2024.
Les comités sociaux et économiques (CSE), ou les employeurs en l’absence de CSE, peuvent accorder aux salariés des bons d’achat et /ou des cadeaux en nature au titre de ces deux compétitions sportives dans des conditions exceptionnelles. Les bons d’achat et les cadeaux en nature attribués au titre de ces deux compétitions peuvent être exonérés de cotisations et contributions sociales sous réserve de respecter les conditions suivantes :

  • Les bons d’achat ne doivent être utilisables que dans les boutiques officielles de ces deux compétitions (sur internet ou en boutique) ;
  • Les cadeaux en nature (billets, transport, hébergement, cadeaux divers…) ne doivent provenir que des boutiques officielles de ces deux compétitions (sur internet ou en boutique) ;
  • Les bons d’achat et/ou cadeaux en nature sont attribués par le comité social et économique (CSE), ou par l’employeur en l’absence de CSE, et ce jusqu’au 8 septembre 2024 pour les Jeux paralympiques de Paris 2024 ;
  • Le montant total des bons d’achat et/ou cadeaux en nature attribués au titre de ces deux compétitions sportives ne doit pas dépasser 25 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale par salarié et par année civile (en 2023 et 2024), soit 917 € en 2023. Si ce plafond est dépassé, le dépassement sera soumis à cotisations et contributions sociales.

Des questions, un conseil ?

Si vous souhaitez être accompagné pour la mise en place d’un de ces dispositifs, rapprochez-vous de notre Service Social

✏️Aïcha MEDJAHED – Responsable juridique Service Social chez Cerfrance Mayenne – Sarthe

Nos  derniers articles

Cerfrance Mayenne-Sarthe, conseil en agriculture, aide exploitations bio en difficulté
Agriculteurs / Filière équine
4 mins de lecture

Aide pour les exploitations BIO en difficulté

Le Ministère de l’Agriculture a ouvert le 25 mars dernier un dispositif d’aide pour les exploitations en agriculture biologique qui […]

En savoir plus
Cerfrance Mayenne-Sarthe, conseil en droit social, heures supplémentaires et contingent annuel
Agriculteurs / Filière équine
4 mins de lecture

Heures supplémentaires et contingent annuel : mode d’emploi

Le contingent annuel représente le nombre d’heures supplémentaires (au-delà de 35h par semaine) effectuées par an et par salarié. Le […]

En savoir plus
Cerfrance Mayenne-Sarthe, partez en formation, osez service de remplacement agricole
Agriculteurs / Filière équine
2 mins de lecture

Vous partez en formation, osez le service de remplacement agricole

Exercer votre métier dans de bonnes conditions, faire évoluer votre système d’exploitation, participer à la dynamique des territoires : le […]

En savoir plus
Cerfrance Mayenne - Sarthe, conseils en fiscalité, location meublée touristique, réforme reportée
Artisans / Commerçants / PME
2 mins de lecture

Loueurs de meublés de tourisme : réforme suspendue

L’administration fiscale vient de publier une instruction qui suspend la réforme fiscale des locations meublées de tourisme inscrite dans la […]

En savoir plus
Cerfrance Mayenne-Sarthe, conseil en fiscalité agricole, ouverture campagne remboursement TIC 2024
Agriculteurs / Filière équine
3 mins de lecture

Ouverture de la campagne de remboursement de la Taxe Intérieure de Consommation 2024

Les exploitants agricoles, mais également les entrepreneurs de travaux agricoles et forestiers, ont droit à un remboursement partiel de la […]

En savoir plus
Cerfrance Mayenne-Sarthe, conseil en agriculture, influenza aviaire ouverture du dispositif d'aide 2022-2023
Agriculteurs / Filière équine
3 mins de lecture

Influenza aviaire : dispositif d’aide pour les éleveurs

Le Ministère de l’Agriculture a ouvert le 29 janvier 2024 le dispositif de demande d’aide Influenza Aviaire (encore appelé Solde […]

En savoir plus
Cerfrance Mayenne-Sarthe, nouvelle obligation refus proposition CDI
Agriculteurs / Filière équine
3 mins de lecture

Refus d’une proposition de CDI : nouvelle procédure à respecter

Une nouvelle obligation s’impose à l’employeur : à compter du 1er janvier 2024, si un salarié refuse une proposition de […]

En savoir plus
Cerfrance Mayenne - Sarthe, exonération plus-values pour entreprises agricoles
Agriculteurs / Filière équine
3 mins de lecture

Exonération des plus-values professionnelles pour les entreprises exerçant une activité agricole

L’article 94 de la Loi de Finances 2024, publié le 29 décembre 2023, confirme le relèvement des seuils d’exonération sur […]

En savoir plus
Cerfrance Mayenne - Sarthe, quels changements en 2024 pour les particuliers
Particuliers
2 mins de lecture

Quels changements au 1er janvier 2024 en tant que particulier ?

Plusieurs évolutions impactant notre quotidien voient le jour en 2024 suite à l’adoption définitive de la loi de finances, publiée […]

En savoir plus
Cerfrance Mayenne - Sarthe, nouveaux dispositifs de la loi partage de la valeur 2024
Agriculteurs / Filière équine
4 mins de lecture

Nouveaux dispositifs de la loi partage de la valeur

La loi partage de la valeur qui a été publiée au Journal Officiel du 30 novembre 2023, prévoit de simplifier […]

En savoir plus
Cerfrance Mayenne - Sarthe, zoom sur la loi de finances 2024 pour les entreprises
Artisans / Commerçants / PME
5 mins de lecture

Zoom sur la Loi de finances 2024 : les principales mesures pour les entreprises

Adoption définitive de la loi de finances pour 2024, publiée au Journal Officiel du 30 décembre 2023. Comme chaque année, […]

En savoir plus
cerfrance mayenne-sarthe, conseil en agriculture, aide bovine 2024
Agriculteurs / Filière équine
6 mins de lecture

Aide bovine : Ouverture de la campagne 2024

Depuis le 1er janvier 2024, la télédéclaration de l’aide bovine est ouverte et ce jusqu’au 15 mai 2024 inclus.Si vous […]

En savoir plus
Voir tous nos articles

Les  derniers avis de nos followers

Réactivité compétences suivi des dossiers.

Lewellyn Argain

Entreprise de très bon conseil, que ce soit juridique ou comptabilité.

Amélie Tek

Inscrivez-vous à notre Newsletter et restez informé !